L'hormone de la faim peut aider les patients atteints de cancer

Un analogue synthétique de l' hormone de la faim , la ghréline, peut aider à surmonter le problème de manque d'appétit chez les patients cancéreux.

La ghréline est produite dans l'intestin et est responsable du sentiment de faim ou d'appétit. Des chercheurs japonais de l'Université d'Osaka ont mené des études sur cette hormone, en ont étudié le mécanisme de travail et ont espéré que les résultats pourraient aider les patients atteints d'obésité. Leurs travaux n’ont pas abouti jusqu’à présent, mais des résultats «parallèles» sont apparus, ce qui a conduit à penser que la ghréline synthétique pourrait aider à améliorer l’appétit des patients soumis à une chimiothérapie. Le médicament largement utilisé au cours de la chimiothérapie, le cisplatine, provoque des nausées, des vomissements et une perte d’ appétit chez les patients cancéreux , et réduit les niveaux naturels de ghréline.

La théorie a été confirmée par la pratique. Pour la nouvelle étude, les Japonais ont invité 41 patients atteints de cancer, traités au cisplatine. La moitié d'entre eux ont reçu un compte-gouttes contenant une solution d'un analogue synthétique de la ghréline deux fois par jour avant les repas. L'autre moitié des patients a reçu une solution saline. L'appétit et l'assimilation des calories dans le premier groupe ont augmenté de 50%, tandis que le second groupe de patients souffrait encore d'une perte d'appétit significative.

Il existe déjà un médicament qui, en réduisant l'activité de l'hormone sérotonine, soulage les symptômes de nausée et de vomissements, mais cela ne se produit que pendant les 24 premières heures suivant le traitement par cisplatine. Les scientifiques japonais espèrent qu'un analogue de synthèse de la ghréline aiderait à résoudre le problème de la perte d'appétit à long terme.